• ...


     

    ...

     

    ...

     

    Prologue | Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 3Chapitre 4Chapitre 5Chapitre 6 | Chapitre 7Chapitre 8Chapitre 9 | Chapitre 1o |

    Chapitre 11 | Chapitre 12 | Chapitre 13Chapitre 14 | Chapitre 15Chapitre 16 | Chapitre 17Chapitre 18 | Chapitre 19 Chapitre 2o |

    Chapitre 21 | Chapitre 22Chapitre 23Chapitre  24Chapitre 25Chapitre 26Chapitre 27Chapitre 28Chapitre 29Épilogue |

     

     


    Vous pouvez retrouver toutes mes histoires sur mon portail !

    ꔣᨐ Retrouvez-moi sur Instagram et Facebook ! ᨐꔣ 


     

    ...

    Petite mise en garde :

    - Certains passages de cette histoire utilisent des mots, du langage ou des descriptions d'événements qui peuvent être considérés comme vulgaires ou offensants par certains lecteurs.

    - Certains chapitres peuvent contenir des images dont certaines peuvent être considérées comme offensantes par certains lecteurs.

    Contrairement à mes précédentes histoires, lesdits passages ne seront pas mentionnés. Pour la simple et bonne raison que l'histoire est truffée de ces passages, vous vous en rendrez compte dès le premier paragraphe !

    Les images pouvant être choquantes seront par contre toujours sous liens, avec un aperçu plus censuré ! Les passages vulgaires ou à caractères sexuels sont vraiment intégrés à l'histoire !

    Je pense avoir assez placé de mise en garde. 

    Je suis responsable de ce que j'écris, mais vous êtes responsable de ce que vous lisez !

    Bonne lecture. ♥

     


    votre commentaire

  •  

    Vous ne vous êtes jamais dit que le monde était petit ? Que vous connaissiez quelqu’un, qui connaissait quelqu’un, qui connaissait quelqu’un… Qui au final vous connaissait. Vous ne vous êtes jamais dit que les choses arrivés parce qu’elles devaient arriver ? Que vous rencontriez les gens que vous deviez rencontrer ? Que le moindre battement d’ailes de papillons pouvait provoquer un tsunami dans votre vie ?

    Et si ce jour-là, vous aviez pris ce taxi au lieu de marcher, est-ce que vous auriez rencontré cette superbe femme ? Si vous aviez pris un sandwich, au lieu de descendre manger au restaurant du coin, est-ce que quelqu’un aurait empêché cet homme de se faire renverser ? Et si chacune de vos actions présentes était dans le but d’accomplir quelque chose dans le futur, une chose dont vous ne soupçonniez même pas l’existence ! Et si le hasard faisait, finalement, bien les choses ?

    Et si vous reconnaissiez déjà certains protagonistes ? Si vous suiviez leur histoire, bien des années plus tard, à travers moi et mes aventures, cela vous plairait-il ?

    Amitié, amour, trahison, sexe et passion, c’est ce qu’il vous attend, installez-vous, c’est moi qui raconte !

    Prologue


     


    12 commentaires

  • Il est 6h50, et comme depuis des mois je suis déjà réveillé avant que mon réveil ne sonne. Je me tourne sur la gauche et je regarde les rayons du soleil qui tentent de passer au travers des carreaux de la fenêtre, mais qui se heurtent aux longs rideaux. J’ai la gaule du matin et je songe sérieusement à me branler. Je me tourne sur la droite et je tombe nez à nez avec Aïko, j’esquisse un sourire, l’idée que j’avais il y a quelques secondes vient de s’évanouir, elle me lèche le visage.

    - Seigneur Aïko, c’est dégueulasse.

    Elle me regarde en penchant la tête, et elle halète bruyamment. Elle remue la queue et je sais très bien ce qu’elle attend, que je me lève pour la sortie obligatoire du matin. Aïko est une jeune femelle Berger Allemand de deux ans, par conséquent, une véritable boule d’énergie. Je capitule, de toute façon, je n’ai pas vraiment le choix.

    Chapitre 1

    C’est ça mon programme journalier. Je me réveille, souvent avec l’envie de me branler, je me lève, souvent en aillant exécuter mon désir du petit matin, j’enfile un truc, généralement ce qui traîne et je sors Aïko, sans même le temps de prendre un putain de café. Il n’y a rien que je ne ferais pas pour cette chienne alors que c’était mal partie pour ça. Encore une putain d’idée d’Holly. 

    Elle est rentrée, un soir de Novembretrempée jusqu’aux os, mais complètement excitée comme une gamine découvrant les cadeaux sous le sapin de Noël.

    - Seth, chéri, je suis rentrée, j’ai une surprise pour toi !

    Au mot « surprise », j’ai tiqué, je pensé qu’elle allait être à moitié nue, m’attendant sagement, pour une partie de jambes en l’air endiablée. Que dalle, elle avait son maquillage qui coulait sur la moitié de son visage, elle était glacée comme Elsa et ses lèvres étaient aussi bleues que mes couilles quand cette garce me privait de toute activité sexuelle pendant sa semaine de règles. Avec son grand sourire aux lèvres, elle a sorti de sa veste une boule de poils, langue dehors et grelottante.

    Chapitre 1

    - Surprise !

    - Qu’est-ce que c’est que ça ?

    - Un chien, Seth, ça, c’est un chien !

    - Un chien ? Mais putain qu’est-ce que tu veux faire avec ça Holly ?

    - Mais elle était trop mignonne avec ses grands yeux, j’ai craqué !

    - Sérieusement Holly, on ne prend pas un chien comme ça, juste parce qu’il nous regarde avec ses grands yeux, tu te rends compte ?

    - Oh, c’est bon Seth, t’es vraiment un rabat-joie, je m’en occuperais, tu ne la remarqueras même pas.

    La conversation s’est un peu éternisée, j’essayé de lui faire comprendre qu’elle idée stupide elle avait eu, encore une fois, mais comme toujours Holly n’en faisait qu’à sa tête. Aïko est venue vers moi presque instantanément, comme si elle le faisait exprès pour me faire craquer, et c’est vrai qu’elle était craquante. Puis je me suis vite aperçu, que j’avais raison, Holly s’est occupé pendant quelques semaines de ce chien avant de petit à petit la délaisser, encore une chose qui m’a profondément agacé. 

    Chapitre 1

    Donc aujourd’hui, c’est à moi qu’incombe la tâche de la promenade du matin, ainsi que celle du midi, celle du soir aussi, et je ne passe pas en revue tout le reste. Mais est-ce que j’ai l’air de m’en plaindre ? Non, j’aime cette chienne plus que tout, je ferais n’importe quoi pour elle, je vous l’ai dit !

    Nous avons nos habitudes, comme un vieux couple, le tour habituel, on passe le pont, on va jusqu’au parc, parfois, on passe dire bonjour à Aderyn à la clinique vétérinaire et suivant les jours, on croise la voisine, qui est, selon moi, plutôt bien conservé après deux enfants, j’essaye de ne pas trop paraitre intéressé, j’ai déjà surpris son mari me lançant un regard entendu, ça calme, surtout quand le mari en question se trouve être un de vos supérieurs. Et enfin, on rentre, Aïko va se coucher sur son tapis et je peux boire mon café sur la terrasse, si le temps si prête. Elle vient ensuite poser sa tête sur mes genoux, parce qu’elle sait que dans un instant, je vais la laisser seule pour la journée, mais elle sait que je vais revenir. Je pose ma main sur sa tête et je la caresse. Bob et Lee sortent de chez eux et m’adressent un signe de la main, pour me saluer, auquel je réponds. 

    Chapitre 1

    Je me lève pour mettre ma tasse dans l’évier et servir des croquettes à la plus adorable des compagnes. Je monte les marches quatre par quatre et je me jette sous la douche, je m’habille en vitesse et je sors de la maison. Je suis debout avant le réveil et je trouve encore le moyen d’être juste en temps, je me demande vraiment comment je me démerde. Je saute dans la voiture et je prends la direction du bureau. 

    Dans le hall, je tombe sur Steven et Greg, je les salue par une poignée de main et une tape dans le dos, puis nous montons à notre étage. Je lance un sourire à Chloé, la secrétaire, elle rougit, ma queue fait des siennes, mais je me reprends, même si son cul est parfaitement mis en valeur dans ce tailleur bleu marine, que sa crinière de feu et ses petites lunettes lui confère une putain d’étiquette « secrétaire sexy », je ne me laisserais jamais à la baiser. J’ai un code, le boulot, c’est le boulot. Vous n’imaginez pas les problèmes que peux vous causer une femme lorsqu’elle n’est pas d’accord avec vous, même la plus adorable des petites chattes peut se transformer en véritable lionne affamée. Demandez donc à Steven, il vous expliquera. Très peu pour moi. Seulement Chloé est bien décidée à m'en faire baver, je suis à peine assis qu'elle entre dans mon bureau, déhanché sexy, se colle à mon biceps, en le faisant exprès, et se penche comme une contorsionniste sur les dossiers qu’elle vient de poser. Je sens un putain de désir monter en moi, je recule juste assez pour mater son cul discrètement pendant qu’elle parle de l'affaire en cours.

    - C’est le dernier contrat pour la société Naughty Cat, ils…

    Chapitre 1

    J’ai arrêté d’écouter, putain qu’est-ce que j’ai aujourd’hui ? J’aurais vraiment dû me branler ce matin, je suis indiscipliné, rêvant de Chloé, la jupe de son tailleur relevé sur ses hanches, pendant que je la bascule sur le bureau avant de la prendre rapidement comme la garce qu’elle est. Seigneur, la bosse dans mon pantalon me fait affreusement mal. Je me redresse.

    - Merci, sortez Chloé.

    - Mais….

    - Sortez, merci !

    Elle me lance un regard en passant sa langue sur ses lèvres pulpeuses, putain, je ne peux pas arrêter de les imaginer autour de ma bite, à faire des allers-retours. Quelque chose ne tourne vraiment pas rond chez moi ce matin, j’ai jamais été ce genre de mec, à prendre les filles pour des mouchoirs à usage unique, seulement quand je rencontrais une fille avec les mêmes attentes, un coup un soir, histoire de se changer les idées, mais pas à draguer à tout-va et surtout pas à fantasmer sur le personnel, bon, c’est vrai, ça m’arrive des fois, mais chez moi, quand je suis seul, pas au bureau à exposer à la vue de tous cette énorme érection qui se cache sous mon futal. 

    Chapitre 1

    Je souffle, pour me calmer et faire redescendre la pression, je n’y arrive pas, je décide d’employer les grands moyens, je repense à Madame Julien, ma prof d’Anglais en classe de 3ième, une femme très grande et mince presque musclée, vous allez me dire que pour le moment ça n’a pas l’air déplaisant, mais croyais moi que si, elle devait avoir au moins quarante-cinq ou cinquante ans, mais on lui en aurait donné soixante facile ! Des cheveux courts et gris avec de grosses lunettes et un super gros grain de beauté sur la joue avec des poils dessus. Le pire a été le jour du brevet de maths, j’étais assigné devant, mauvais karma, et Madame Julien était de garde pendant cette épreuve, tout se passait bien jusqu’à ce qu’un autre prof vienne lui apporter quelque chose, elle s’est penché sur son bureau, en face du mien, pour écrire et c’est là que l’impensable s’est produit, mes yeux on dérivés et c’est à cet instant que je les ai vus, sous son t-shirt, libres comme l’air, les seins de Madame Julien, enfin ses seins, c’étaient plutôt deux pauvres ballons de baudruche que l’on retrouve sous le canapé quinze jours après la fête. Ils ballotaient de gauche à droite, écœurant, surtout pour un garçon de quatorze ans, en fait, c’est tout aussi écœurant pour un mec de trente-deux ans.

    En attendant, me voilà redevenu à la taille normale, et ce n’est pas pour me déplaire, surtout quand, quelques minutes après, Steven entre dans la pièce.

    Chapitre 1

    - Tu n’as jamais appris à frapper aux portes ?

    - C’est bon, j’ai vu Chloé à son bureau, je savais donc que t’étais pas en train de la culbuter sur le tien ! 

    Je ne réponds rien, je me contente de lever les yeux au ciel, Steven surenchéri.

    - C’est moi où elle est encore plus bandante aujourd’hui ?

    - Je n’en sais rien Steven, tu sais que le boulot, c’est le boulot ! 

    Je mens, évidemment que j’ai vu à quel point elle était bandante aujourd’hui, ça fait quinze foutu minutes que j’essaie de rappeler à mon sexe qu’on ne mélange pas plaisir et travail.

    - Rabat-joie !

    - Qu’est-ce que tu voulais ?

    - J’ai besoin de récupérer un dossier.

    Chapitre 1

    Mon collègue se rapproche pour prendre ce qu’il voulait et me rappelle qu’on déjeune ensemble à midi, j’acquiesce et il sort de la pièce.

    Je passe le reste de la matinée à me concentrer sur mes dernières idées. Tenant loin de moi la tentation que me fait subir la présence de ma secrétaire aujourd’hui.


     


    22 commentaires

  •  Coup d’œil sur l’horloge au mur, elle affiche 11h57, je pose mon stylo, j’ai bien mérité une petite pause déjeuner. Je pousse ma chaise et m’apprête à me lever quand on toque à la porte.

    - Entrez.

    Chloé passe l’entrée, elle semble toute timide, pas la fille qui est venue se frotter contre moi tout à l’heure et se penchant de façon plus qu’explicite sur mon bureau. Je la regarde perplexe. Elle rougit, putain, je déteste quand elle fait ça, ça m’excite. Elle ouvre enfin la bouche.

    - Si vous n’avez plus besoin de moi, je vais prendre ma pause-déjeuner.

    Bonne idée, qu’elle s’en aille bien la première, avant qu’elle ne me serve de casse-croûte. 

    - Vous pouvez y aller.

    - Merci, bon appétit monsieur.

    - Merci, vous aussi.

    Chapitre 2

    Quand je l’entends prononcer « monsieur », ça me rend encore plus dingue, je la vois par terre à implorer pour que je la fasse jouir, et d’un autre côté, j’ai l’impression d’être son père. Cette seconde image disparaît quand elle se tourne pour sortir me montrant son cul parfaitement dessiné dans cette jupe qui lui arrive juste au-dessus des genoux. 

    Mes jambes se lèvent de ma chaise et font de grands pas jusqu’à la double porte de mon bureau, attrapant la secrétaire coquine par la taille, elle se laisse faire, elle n’attend que ça depuis des mois, poussant ses fesses rebondit sur mon sexe en érection, ses cheveux sont remontés en un chignon fantaisie, je le défais pour les laisser courir sur ses épaules, je lui lèche le lobe de l’oreille pendant qu’elle gémit doucement, toujours une main sur ses hanches, l’autre remonte sur sa poitrine, je passe les doigts entre les boutons de son chemisier et je les fais sauter un par un jusqu’à laisser le passage complètement libre pour mes mains. Je retire doucement la dentelle de son soutien-gorge pour laisser dépasser ses seins, je pince doucement ses tétons durcis, elle se tortille contre mon torse, rapidement, je m’occupe de remonter son tailleur sur ses hanches et ma main gauche revient continuer ses assauts, tandis que ma main droite s’attaque au point que toutes les femmes attendent qu’on vienne titiller. Elle penche sa tête et je me délecte du goût de sa peau douce, un goût et une odeur de pêche qui me donne envie de continuer de la manger complètement. 

    Chapitre 2

    - Oh oui, Seth, continu…

    Je suis un connard, je m’arrête, je la retourne, sa bouche fait un « O » parfait, je prends possession de celle-ci, cherchant à la visiter en profondeur avec ma langue, mes lèvres quittent les siennes et descendent dans son cou, sur sa poitrine merveilleusement dressée pour moi et je trouve ses autres lèvres, plus intimes, sa chatte a un goût de… chatte, mais de bonne chatte, j’attrape sa jambe pour la passer sur mon épaule pendant que je la lèche intensément.

    - Oui… oui oui Seth…

    Ses mains dans mes cheveux m’obligent à continuer, mais j’aime l’entendre gémir comme une fillette perdue. Je mordille son clitoris doucement, je la sens se cambrer et trembler en criant un putain de « oui » qui a du alerter tout le monde sur un rayon de vingt kilomètres. Elle saisit le col de ma chemise et vient écraser sa bouche contre la mienne, pendant qu’elle cherche à défaire ma ceinture et à baisser mon pantalon et mon boxer. Ma bite est tellement heureuse de sortir de sa cage qu’elle est à deux doigts de cracher dans la main de Chloé. 

    Chapitre 2

    Elle fait des va-et-vient langoureux avec sa paume puis s’agenouille devant moi, elle me fixe de ses grands yeux, ses pupilles sont dilatées, on dirait qu’elle est sous coke, mais non, c’est bien moi qui lui fait cet effet. Sa langue parcourt ma verge de haut en bas, putain que c’est bon, elle ouvre la bouche et approche enfin, ses lèvres pulpeuses, de mon gland… quand une voix familière se fraie un chemin jusqu’à mes oreilles.

    - Seth, merde, qu’est-ce que tu fous ?

    Doux Jésus. Je sursaute sur ma chaise, je cligne des yeux au moins cent fois, Steven me dévisage, il repose sa question.

    - Mais qu’est-ce que tu branles mec, ça fait dix minutes qu’on t’attend en bas.

    - Désolé, j’avais un truc à finir avant. 

    Chapitre 2

    Il lève les yeux au ciel et referme la porte en me disant de bouger mon cul rapidement, je ne sais même pas si je vais arriver à me lever de cette putain de chaise, bordel de dieu. Il faut vraiment que je tire un coup avant de ne plus pouvoir faire la différence entre mes rêves et la réalité, soulagé quand même de ne pas avoir franchi la ligne rouge. Je pourrais renvoyer Chloé, mais ce serait injuste pour elle, c’est moi qui pars totalement en couille, et puis je l’aime bien, même s’il est clair qu’elle me fait de l’effet, peut-être même un peu trop !

    Je vais encore avoir besoin de vous Madame Julien, cette prof d’Anglais ne m’auras jamais était aussi utile qu’aujourd’hui, ça me donne presque envie de lui envoyer une carte pour la remercier. Un instant plus tard, je suis prêt à rejoindre mes deux andouilles d’amis.

    On mange presque tous les midis dans le petit restaurant au pied du building, on y mange bien, ce n’est pas très cher et les serveuses sont charmantes.

    - À quoi tu pensais encore Seth ?

    Greg me sort de mes rêveries, encore, en me posant sa question, je le regarde, comme si je ne le voyais pas, cligne des yeux, puis lui réponds.

    Chapitre 2

    - Pardon ?

    - Mais t’es défoncé mec ou bien ce matin ?

    - Ah merde, désolé les gars…

    - Qu’est-ce qu’il t’arrive encore ?

    - J’ai pas baisé depuis des mois, je suis à cran !

    - T’as la bite qui te démange, mais fallait le dire !

    Mes deux acolytes se mettent à rigoler si fort que les personnes aux alentours nous jettent des coups d’œil.

    - Moins fort ! Tout le restaurant n’est pas obligé de connaître mes déboires sexuels.

    - Détends-toi, c’est vrai que t’es à cran ! Et la jolie Chloé ?

    Steven me pose cette question, il a la mémoire courte apparemment.

    - Ça ne t’a pas suffi avec Amande ?

    - Amande était une psychopathe ! 

    - Peut-importe, vous le savez, je ne mélange jamais le boulot et le plaisir !

    Chapitre 2

    Sur cette phrase, la porte s’ouvre et une chevelure de feu fait son entrée, cette crinière me rappelle vaguement quelque chose, normal, c’est juste Chloé. Elle veut clairement ma mort aujourd’hui. Steven et Greg suivent mon regard.

    - Tiens quand on parle du loup. Chloé vient t’asseoir avec nous !

    - Non, faîtes pas ça.

    L’intéressée se retourne dans notre direction, elle regarde tour à tour, Greg, Steven et enfin moi, elle sourit et rougit encore. Fait chier. Elle s’approche de nous.

    - Tu veux te joindre à nous pour manger ?

    Steven demande ça comme si c’était elle le plat principal. C’est un loup et elle une pauvre petite brebis sans défense, je lui donne un coup de pied sous la table. Hors de question que ce connard baise ma secrétaire. Il n’a vraiment pas l’air de se rendre compte à quel point c’est difficile de trouver une bonne secrétaire ces temps-ci.

    - Je ne veux pas vous déranger messieurs.

    - Aucunement, allez installe-toi !

    Chapitre 2

    Elle retire ses lunettes de son petit nez et les range dans son sac, elle s’installe sur la banquette à côté de moi. Ses mouvements font dégager une odeur de pêche.

    - Alors dis-nous, mademoiselle Chloé, c’est la première fois que tu viens dans ce restaurant ?

    - Oui, j’avais envie de changement aujourd’hui !

    - Et tu as fait le bon choix, on mange super bien ici, renchéri Greg.

    Je les vois tous les trois en train de papoter, incapable de dire quoi que ce soit, je n’ai pas envie de connaître la vie de ma secrétaire, surtout de la secrétaire qui me fait bander à mort. Soudain, une question me tire de ma somnolence.

    - Et, il y a un monsieur Chloé ? 

    - Steven !!!

    Je cris contre mon ami. Vraiment, je vais finir par lui éclater la tête sur la table, s’il continue d’être aussi con. Chloé sourit et rigole timidement. 

    Elle se tourne vers moi, me regarde, elle rougit encore, cette nana est programmée pour rougir sur commande ma parole. Elle finit par regarder les deux autres énergumènes pour répondre.

    Chapitre 2

    - Non, pas de monsieur Chloé…

    Elle marque un léger temps d’arrêt puis continue.

    - Je suis libre comme l’air, libre de faire ce qu’il me plaît…

    Elle termine sa phrase en posant sa main sur mon genou et en la faisant remonter vraiment très lentement vers ma zone en feu. Je me crispe comme un abruti, ne sachant pas quoi faire, mon pantalon va bientôt exploser et elle est à deux doigts de mettre la main sur une vraie montagne. Il faut absolument que je me ressaisisse. 


     


    18 commentaires

  • Je suis comme un gamin qui ne sait pas quoi faire face aux avances d’une fille. Mais je ne suis plus un gamin, et je l’ai déjà dit, le boulot, c’est le boulot, je ne reviendrais pas là-dessus. Je me lève brusquement, ils me regardent tous les trois.

    - Il faut vraiment que je sorte Aïko.

    - Tu n’as rien avalé !

    - Ce n’est pas grave, je prendrais un sandwich sur la route. Bon appétit.

    Je ne regarde même pas Chloé, je suis déjà excité, si je la vois encore rougir, je vais jouir dans mon pantalon. Je sors en vitesse, je fais le tour du bâtiment pour rejoindre ma voiture. Dans mes pensées, je rentre dans une masse moelleuse.

    - Putain, tu ne peux pas regarder où tu vas trou du cul.

    - Désolé.

    Chapitre 3

    Je regarde à peine la fille vulgaire que je viens de bousculer, je vois juste une tâche rose et je détourne le regard pour continuer mon chemin, je l'entends jurer derrière moi.

    - C’est ça dégage connard.

    J’arrive finalement à la maison, Aïko entend la voiture et je sais qu’elle est déjà toute folle. J'ouvre à peine la porte qu’elle vient à ma rencontre, heureusement pour moi, elle est bien dressée, et ne me saute pas dessus. J’attrape sa laisse et la sort. Le trajet jusqu’à la maison m’a permis de souffler un peu, cette fois, je n'ai rien imaginé, elle m’a clairement fait des avances. Il faudra que j’aie sérieusement une petite discussion avec elle hors de question que ce genre de choses se reproduise. 

    Une fois la sortie finie, je rentre la chienne et j'englouti quelques chips pour ne pas repartir le ventre vide. Je ferme la porte et un miaulement me fait sursauter, je tourne la tête, une boule toute beige me scrute, commence à ronronner en se frottant à mon pantalon. La guimauve que je suis, fond complètement. Quoi ? Vous pensiez que j’étais un Viking ou quoi ? Je me baisse pour lui gratter le cou.

    - Salut toi ! 

    Chapitre 3

    J’aimerais bien le gratouiller encore, mais bon, j’ai du boulot qui m’attend. Je laisse le chat devant ma porte et reprends la direction du building. Quand j’arrive, je suis le premier, tant mieux, je n’aurais pas besoin de voir Chloé. Je suis hyper concentré jusqu’à la fin de la journée, heureusement pour moi, je n’ai vraiment pas envie de ramener du boulot à la maison. Je lance un regard rapide en direction de l’horloge, je vais bientôt y aller, sur cette constatation, on frappe à ma porte, c’est surement Chloé qui vient me dire qu’elle part. Je somme la personne d’entrée et c’est bien elle, je garde les yeux rivés sur ce que je suis en train de faire, ce n’est pas très poli, mais je n’ai pas la force de la regarder, surtout aujourd’hui. Je la congédie sans lui adresser le moindre intérêt, je la sens un peu gênée puis elle quitte mon bureau. J’attends une petite demi-heure, et je suis le même chemin. Je rentre chez moi et retrouve Aïko.

    Aujourd’hui, je pars au boulot serein, c’est vendredi et depuis mardi, je n’ai pas eu envie de prendre ma secrétaire sauvagement sur le bureau, il faut dire qu’avant de partir, j’ai pris soin de me vider les couilles, ce matin n’a pas fait exception. Mais je crois qu’il est temps de passer à autre chose, il faut vraiment que je trouve une fille ce week-end. J’aime le vendredi, car dans notre boîte, c’est journée décontractée, adios pantalons bien repassés, pompes en cuir et bonjour jean et basket ! J’entre dans le hall et je croise le voisin, nous nous saluons d’une poignée de main virile, nous entrons dans l’ascenseur, un silence de mort règne, j’appuie sur le bouton de l'étage et nous attendons les quelques minutes que la boîte métallique nous amène à bon port. La sonnerie de la cabine résonne et les portes s’ouvrent, je lui souhaite une bonne journée et il en fait de même.

    Chapitre 3

    Je passe devant le bureau de Chloé, je lui dis bonjour, elle me répond chaleureusement, elle porte un top à motif fleuri et il cache parfaitement son décolleté, je remercie silencieusement les forces divines pour ça, je rejoins mon sanctuaire, je suis à peine installer qu’elle toque, débrif du matin oblige. Je l’autorise à entrer, elle ouvre, bordel de merde, j’aurais dû me branler deux fois ce matin, si je pensais que cette jupe lundi lui moulé le cul comme jamais, je ne sais pas quoi dire de ce jean hyper serré qu’elle porte aujourd’hui. 

    Elle pose les dossiers sur mon bureau, puis elle s’assoit sur celui-ci, juste à côté de moi, ses jambes serrées l’une contre l’autre… je déglutis. 

    - Alors, vous allez faire quoi ce week-end ?

    Ok, très bien pour l’ambiance décontractée le vendredi, mais pas si décontractée. Entre les paroles et les actes, il n’y a qu’un pas, et je peux vous assurer que ce pas-là est vraiment, vraiment très infime ! Je pensais pouvoir m’y faire, mais j’ai l’impression que non.

    Chapitre 3

    - Écoutez Chloé… il va falloir arrêter ça maintenant. 

    - Ça quoi ?

    - Votre petit jeu de séduction !

    Elle baisse la tête et rougit. Je reste de marbre, je n’ai pas le droit à ce genre d’erreur.

    - Je pensais juste que… enfin…

    - Vous pensez mal Chloé. Sachez qu’il ne se passera jamais rien entre nous, je ne couche pas avec mes collègues.

    Elle me regarde comme si je venais de dire la plus grosse bêtise de toute ma vie. S'en est peut-être une après tout. C’est vrai, Amande était une psychopathe, ça n’a pas l’air d’être le genre de Chloé. 

    - Très bien.

    Bien, elle a compris la leçon, je vais pouvoir reprendre du service en paix. Elle descend de mon bureau puis elle continue.

    Chapitre 3

    - En tout cas, ça ne vous empêche pas de mater. 

    Je me fige, cette fois, c’est moi qui dois devenir tout rouge. Apparemment, je n’ai pas était aussi discret que je le pensais. Je dois faire amende honorable.

    - J’en suis désolé, cela ne se reproduira plus.

    Chloé sourit, satisfaite de m’avoir mis mal à l’aise et avoue.

    - Contrairement à vous, ça ne me dérange pas du tout !

    Je ne sais même pas quoi répondre à ça, elle va vraiment me pousser dans mes derniers retranchements, je me maudirais presque de m’être imposé ce code. Presque. Je sais que c’est la meilleure chose à faire. Je coupe court à cette discussion.

    - Bon, si vous le voulez bien, on peut commencer ?

    Elle redevient professionnelle et me fait part de mes rendez-vous, des derniers contrats et toutes les informations concernant le dossier de candidature pour le poste de responsable marketing.

    Chapitre 3

    La journée se passe bien vite et dans le calme. Greg et Steven m’ont proposé de venir à cette soirée déguisée qui a lieu demain soir, ils ont dit que c’était l’occasion de me détendre dans tous les sens du terme. Je ne pouvais pas dire non. Mon téléphone sonne peut avant de partir. Je regarde, c’est Kathy, je sens déjà que mon week-end est en train de s’évanouir.

    - Saut Kate ! 

    - Seth, je ne te dérange pas ?

    - Jamais ! Que me vaut le plaisir de ton coup de fil ?

    - Écoute, avec César, on a besoin de se reconquérir, et Liya à très envie de retrouver son tonton Seth ce week-end, je me suis dit que je pourrais te la laisser.

    Voilà, qu’est-ce que j’avais dit, je vois ma soirée déguisée partir en fumée, je pourrais refuser, mais je ne refuse rien à ma nièce, j’adore l’avoir à la maison.

    - Bien sûr, pas de problème, moi aussi, je serais heureux de la voir.

    - Super, merci petit frère, je la déposerais demain matin vers 10h.

    - À demain Kathy.

    Chapitre 3

    Je raccroche et souffle sur mon fauteuil, à la fois frustré de devoir annuler pour la soirée, mais aussi content de retrouver ma petite Liya. 

    Chloé m’indique qu’elle s'en va, je lui souhaite une bonne fin de semaine, elle en fait autant, en espérant qu’elle arrive lundi avec une autre attitude. Je boucle quelques dossiers et je prends le chemin de la maison, j’ai la chambre de ma terreur à préparer, le chien à sortir, des courses à faire, avoir un enfant à la maison ce n’est pas de tout repos. Mais j’adore les enfants, j’aimerais en avoir un jour, mais ce sont les femmes qui me font défaut, je n’ai encore pas trouvé LA femme qui me les donnera. De toute façon, pour l’instant, c’est trop tôt, ça fait seulement 6 mois que je ne suis plus avec Holly, je ne pense pas être prêt à me remettre en couple avec quelqu’un, pas après cette relation d’un peu plus de six ans. On s’est quitté d’un commun accord, nous n’étions plus sur la même longueur d’onde. 

    Enfin. Voilà où j’en suis donc. J’attrape mes clefs sur le meuble dans l’entrée. Une caresse à Aïko et je file faire des courses, les enfants ne mangent pas des chips et de la bière H24 ! Je ferme la porte quand un miaulement familier m’est adressé. C’est encore le matou beige. Je me demande bien ce qu’il fait encore ici. 

    - Encore toi, tu n’as pas de maison mon gros ?

    Chapitre 3

    Comme si ce chat allait me répondre, il ronronne, je le caresse. Je regarde s’il n’a pas un collier ou un tatouage, mais rien. Je le laisse devant la porte et rajoute à ma liste de courses des croquettes pour chat. 


     

     


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires