• Épilogue


    Six mois plus tard, 

    Il aura fallu plusieurs mois avant que mes blessures ne guérissent correctement, il faut dire que je n’en ai fait qu’à ma tête, au lieu de me reposer comme c’était convenu, j’ai laissé Aurore me chevaucher à plusieurs reprises. Elle culpabilisait bien souvent, mais j’étais encore capable de lui faire tout oublier. Je revois encore la tête du médecin la première fois que j’ai dû retourner à l’hôpital, je venais juste de rentrer et après la séance que j’avais vécue avec ma belle, quelques points avaient sautés. 

    - Monsieur Perreira, on vous a dit de vous reposer, je ne sais pas ce que vous avez fait, mais il serait préférable de ne pas recommencer.

    Aurore a rougi comme une tomate, le médecin nous a regardé à tour de rôle, comprenant la situation. 

    - Je vois, et bien pour le moment il vaudrait mieux éviter et ensuite allez-y plus doucement, sinon je me verrais dans l’obligation de vous faire préparer une chambre plus haut. 

    Épilogue

    Même pas en rêve, hors de question de retourner dans cet hôpital de fous. Je déteste les hôpitaux et les fuis comme la peste, exception faîte pour la naissance de mon neveu, le petit Enzo, un nouveau petit blond dans la famille et du bébé d’Ady et Chris, une petite fille potelée et brune qu’ils avaient prénommé Tia. 

    Après l’hiver froid que nous avons eu, le printemps était en train de refaire surface. Les fleurs étaient sorties, embellissant le paysage de leur beauté, et moi, j’étais là, dans mon jardin, seul, par terre, devant la tombe d’Aïko. Je pleurais encore souvent son absence et je savais pertinemment qu’Aurore culpabilisée, elle pensait que c’était à cause d’elle que tout ça était arrivé, mais le seul fautif, c’était lui.

    Recherché et traqué comme un animal, Alaric a fini par se faire coincé, ce n’était pas trop tôt. Tout ce qu’il méritait, c’était de mourir, mais au lieu de ça, il va finir sa vie derrière les barreaux, nourri et logé au frais de l’état. Nous nous consolions en nous disant qu’au moins il n’était plus en liberté. 

    Épilogue

    J’ai entendu la porte de la baie vitrée s’ouvrir et se refermer, les petits pas d’Aurore sur le sol, s’approchant de moi, elle s’est baissée pour embrasser ma joue. J’ai essuyé les larmes de mes yeux et je me suis relevé. 

    - J’ai un cadeau pour toi, j’espère que tu ne m’en voudras pas…

    - Un cadeau ? Pourquoi je t’en voudrais ?

    Elle n’a pas répondu et s’est dirigée de nouveau vers la maison, elle a ouvert la porte, s’est penchée, en se retournant, j’ai remarqué la petite boule de poils entre ses bras. 

    - Je sais qu’elle ne remplacera jamais Aïko, mais je me suis dit qu’elle pourrait nous aider à prendre un nouveau départ ! 

    Dans ses bras, le minuscule berger australien était vraiment adorable, son attention était adorable, elle était adorable, qu’avais-je fait pour avoir une créature aussi parfaite à mes côtés ?

    - Seth ? Dis quelque chose !

    Épilogue

    Je me suis rendu compte à sa requête que j’étais resté complètement silencieux. J’ai saisi le chien de ses bras pour le câliner, j’avais les larmes aux yeux. Posant la minuscule touffe de poils au sol, j’ai attrapé Aurore pour l’embrasser.

    - Merci !

    - Ça te fait vraiment plaisir ?

    - Oui, ce sera notre bébé à tous les deux ! On va l’appeler comment alors !?

    - J’aime bien Isis !

    - Une divinité égyptienne ? 

    - Comme toi ! 

    J’ai souri et c’était adopté ! Isis faisait désormais partie de la famille. 

     

    Un an plus tard, 

    Les saisons se sont succédé, nous regardant évoluer. Isis, Nougat, Aurore et moi, la parfaite petite famille, pas toujours si parfaite. Aurore a beaucoup, beaucoup, beaucoup de caractère et comme je n’ai pas moi non plus ma langue dans ma poche, c’est souvent électrique à la maison. On est capable de se prendre la tête pour des choses insignifiantes du quotidien, est-ce que ça veut dire que nous ne sommes pas faits pour être ensemble ? Pas le moins du monde, nous nous aimons d’un amour inconditionnel, mais cela ne nous empêche pas d’être qui nous sommes. 

    Je ne voulais pas la perdre, je voulais qu’elle et moi soyons unis à jamais, j’avais de plus en plus envie de la demander en mariage. J’ai cogité pendant des jours puis j’ai fini par me lancer un soir, maladroitement, mais je me suis lancé.

    - Chérie, tu ne voudrais pas m’épouser ? 

    Elle m’a regardé avec deux grands yeux étonnés et apeurés.

    - Quoi ? 

    - Épouse-moi ! 

    - Putain, non !

    Bon, là, c’est moi qui ai dû avoir un regard étonné et apeuré. Merde, pourquoi cette fille était aussi compliquée ?

    Épilogue

    - Seth, chéri, je t’aime, mais je ne veux appartenir à personne… je veux être libre…

    - Mais, tu ne m’appartiens pas déjà un peu… ?

    - Nooon, je ne suis la propriété de personne Seth, tu peux comprendre qu’une fille ne rêve pas forcément d’une belle robe blanche, non, c’est non, désolé.

    Elle s’est éclipsée aussi vite que ma demande. Je suis resté dans ma cuisine planté comme un con. J’avais peur à présent de l’avoir poussé un peu trop. Je suis parti à sa recherche, elle était sur la petite terrasse à l’étage, elle pleurait. Je détestais la voir comme ça. 

    - Pourquoi pleures-tu ?

    - Mais parce que je suis désolée de t’avoir blessé… je t’aime vraiment, je veux rester avec toi, mais je ne veux pas me marier. Tu le sais que je t’aime ?

    - Hey, mais je n’en doute pas, chérie, ce n’est pas grave. Je voulais juste rendre tout ça un peu plus officiel, mais après tout, on s’en fout du reste du monde, non ?

    Épilogue

    Tout bien considéré, un mariage n’était-il pas un moyen d’exhiber son amour à la vue de tous ? Est-ce que nous avions besoin de ça ? Non, mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas gardé cette idée rangée dans un petit coin de ma tête. 

     

    Cinq mois plus tard, 

    L’automne était arrivé, les arbres et les buissons avaient revêtu cette couleur orangée si familière. En dépit de ma demande en mariage ratée, nous avons continué notre petit train de vie. Bien que depuis quelques jours, Aurore est clairement insupportable, elle cherche n’importe quel prétexte pour me sauter à la gorge, aujourd’hui ne fait pas exception à la règle. J’ai à peine passé le pas de la porte qu’elle est déjà là.

    - Putain t’étais où ?

    - Bonjour chérie ! J’ai passé une bonne journée, merci ! J’espère que toi aussi ?

    - P’tit con, tu crois que je suis d’humeur à plaisanter, ça fait une heure que je t’attends.

    - Ça va Aurore, j’étais chez Steven, j’ai encore le droit de m’arrêter chez mon pote pour boire un coup.

    - Encore chez ce queutard de première ? T’es sûr que le coup tu l’as que bu ? Et puis, t’as pas un portable, merde à la fin.

    - Houlà, tu me fais quoi là ? T’as tes règles ou quoi ?

    Épilogue

    Elle m’a lancé un regard, il m’a fait froid dans le dos. Si elle avait eu des revolvers à la place des yeux, je serais mort sur place, puis elle est montée en claquant une porte. Fatche, je ne l’avais jamais vu aussi énervé, surtout pour si peu. J’ai pris une bière et je suis monté me poser dans le canapé du bureau pour regarder la télé avec Isis, au moins une qui ne me casse pas les couilles ici. 

    Au bout d’un bref moment, la petite brune s’est retrouvée dans l’embrasure de la porte, vêtue d’une tenue plus que coquine, je me suis redressé, la reluquant sans vergogne, je bandais déjà. 

    - Qu’est-ce que tu fais ?

    - Je suis vraiment désolée Seth, je n’aurais pas dû m’emporter comme ça, je ne sais pas ce qu’il m’a pris. 

    Elle m’a sauté dessus avant que je ne puisse riposter, en même temps habillée dans cette tenue, je n’ai plus vraiment eu envie de riposter à quoi que ce soit.

    - J’ai vraiment envie de toi, là, maintenant !

    Grand dieu, sa main posée sur mon entre-jambe gonflée, sa langue sifflant doucement entre ses dents dans le creux de mon oreille et ses seins pressés contre mon torse. J’ai éteint ce qui me sert habituellement de cerveau pour assouvir mon désir animal. Elle était plus sensible, tellement plus réceptive que s’en était déroutant.

    Épilogue

    Le lendemain, elle était encore debout avant moi, elle était déjà prête alors que j’avais encore les yeux collés et les cheveux en pétards. Café dans la main, assis à table, j’essayais de sortir de la brume du sommeil, Aurore s’est baissée pour caresser Isis, a embrassé ma joue.

    - Tu vas où ?

    - Retrouver Aneira, je t’en ai parlé, tu n’écoutes vraiment rien quand je te cause ?

    Je n’étais pas encore assez réveillé pour me prendre la tête de bon matin. J’ai avalé une gorgée de café.

    - Si, chérie, désolé ! Passe une bonne matinée !

    - Ouai, et n’oublie pas, c’est à toi de faire le ménage !

    Je me suis contenté de lui faire un pouce en l’air pour lui signifier que c’était reçu 5/5 ! Finalement, je me suis posé sur un jeu vidéo et je n’ai pas vraiment vu l’heure passer, jusqu’à ce qu’Isis aboie, réveillant le geek en moi. Putain il était quelle heure ? 10h25 ! Il me restait au minimum 1h avant le retour d’Aurore, et connaissant son humeur de chien en ce moment, si je n’avais pas fait le minimum à son arrivée se serait une crise supplémentaire. J’ai sorti ma cape et mon aspirateur, et Super Seth s’est activé pour le passer dans toutes les pièces de la maison. 

    Épilogue

    J’en transpirais tellement. J’ai fini par sortir les poubelles, mais je ne m’attendais pas à tomber sur ceci. Dans la petite poubelle de la salle de bain, essayant tant bien que mal d’être caché sous un tas de cotons-tiges, de cotons démaquillant et de sopalins, au moins 4 petits bâtonnets des blanc et bleu, des rose et blanc. Les sortants de la poubelle ils étaient tous plus que clair les uns que les autres. Je suis resté bouche bée, Isis s’est mise à couiner, elle était de retour, j’ai attrapé un bâtonnet et je suis descendu.

    Dans le salon, elle était de dos, je n’ai même pas attendu pour la questionner. 

    - C’est quoi ça ?

    En se retournant, elle est devenue toute pâle à la vue du test que je tenais en main.

    - Je vais tout t’expliquer, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je ne sais pas si j’ai fait une connerie, j’ai peut-être décalé d’un jour…

    Elle essayée de se trouver une explication, de se confondre en excuse, mais je m’en foutais de tout ça, je voulais juste qu’elle me dise de sa bouche qu’elle était enceinte.

    - Tu es enceinte ?

    - Oui…

    - Je vais être papa ! JE. VAIS. ÊTRE. PAPA !

    Épilogue

    J’étais complètement aux anges, Aurore ne comprenait plus rien, je l’ai juste prise dans mes bras et l’ai embrassé comme un fou.

    - Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ? 

    - J’avais peur que tu sois fâché, je sais que tu veux des enfants, mais je ne savais pas si c’était le moment…

    - Tu es folle, Aurore, je suis aux anges, puis ce n’est jamais le moment pour avoir des enfants. La question, c’est est-ce que toi, tu es prête ?

    - Oui ! Bien sûr que oui !

     

    Sept mois plus tard, 

    Alors qu’il fait une chaleur à crever et que je me réveille d’une sieste avec ma douce, je remarque qu’elle est déjà debout, regardant par la fenêtre. Je l’entends renifler, vivement qu’elle accouche, la voir passer par toutes les émotions devient de plus en plus difficile, je ne sais jamais qui je vais avoir en face de moi !! 

    - Pourquoi tu pleures chérie ? Viens par-là !

    - Regarde-moi, je ne ressemble plus à rien, je n’ai même plus aucune libido depuis des mois… je me demande comment tu fais pour rester avec moi.

    Épilogue

    Je me mets à pouffer de rire, elle se met à sangloter encore plus, merde.

    - Pardon chérie, mais je te regarde et ce que tu dis n’a vraiment aucun sens, tu portes mes enfants et je t’aime, le reste, je m’en fous !!! 

    - Mais si tu…

    - Mais si je continuais à t’aimer toute ma vie ? Hum ! 

    Épilogue

    Assise à califourchon sur moi, je me suis redressé pour embrasser son ventre rebondi et remontant un peu plus j’ai embrassé sa clavicule puis sa bouche salée.

    - Je t’aime, je vous aime tous les trois, mes petits rayons de soleil !

    - Je t’aime aussi ! 

     

    Un an plus tard, 

    Ma vie est une douceur que je savoure chaque jour, j’étais comblé de bonheur et je pense que je n’étais pas le seul. En rentrant du boulot, je regardais par la longue baie de fenêtre, ma femme et mes enfants jouer dehors avec Isis. Nous n’étions toujours pas mariés, mais pour moi, c’était tout comme. J’entendais Camélia et Anton rigoler joyeusement. Je les ai rejoints pour partager ce moment de pure joie.

    - Papaaaaaaa !!!!! 

    Barbotant dans la piscine, de concert, ils exultaient de me retrouver et mon cœur d’artichaut fondait comme neige au soleil. Je les ai embrassés et je me suis assis à côté de ma belle brune.

    - Ce maillot de bain me donne envie de te faire des choses indécentes !

    - Seth !!!! Pas devant les enfants ! 

    Épilogue

    J’ai rigolé pendant qu’elle tentait de masquer son petit rire. Le sexe n’était pas devenu facile entre la grossesse et le boulot qu’apportaient les jumeaux, cela faisait seulement quelques mois que nous retrouvions petit à petit nos ardeurs de jeune couple fougueux ! 

    Je l’ai prise dans mes bras pour la câliner et embrasser doucement sa nuque, sa peau était brûlante d’être restée au soleil, ma bouche humide créait un doux contraste, c’est le gémissement à peine étouffé qui est sorti du fond de sa gorge qui m’a fait m’immobiliser. Elle a tourné sa tête vers moi totalement désappointée.

    - Ma belle, si je continue, je vais avoir envie de mettre les enfants au lit et d’aller te montrer à quel point ce petit soupir d’extase a réveillé la bête en moi !

    Épilogue

    Elle a pouffé de rire, elle était adorable, elle a secoué la tête comme pour souligner que j’étais fou, et c’était le cas, j’étais fou d’elle, fou de mes enfants, et fou de ma vie avec eux.

    - Je t’aime !

    - Je t’aime aussi mon rayon de soleil !

    FIN.

    Épilogue


     Je vous invite à lire les remerciements (petite annonce pour ceux qui ne m'ont pas sur FB)


     

    « Chapitre 29Remerciements »

  • Commentaires

    1
    elowiin
    Lundi 16 Avril 2018 à 12:31

    bon ça va tu te rattrapes presque pour la mort d'Aïko ^^

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:19

        J'ai mis un peu de temps à répondre ! OOps ! 

        Je me suis rattrapé comme j'ai pu !! ^^ 

    2
    Jules
    Lundi 16 Avril 2018 à 13:25
    Trooooop cooooool !
      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:20

        Merciiii ! ♥

    3
    Fanny Carson
    Lundi 16 Avril 2018 à 13:46
    Moooh <3 une fin comme j'aime pleins de vérité de bonheur de disputes et d'amour xD
    J'ai adoré cette histoire et j'ai hâte de découvrir la prochaine :)
      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:30

        Merci énormément Fanny !!!! ^^

    4
    Lundi 16 Avril 2018 à 14:10

    Bouhhhh non la fin :( j'ai adoré sérieux ravis de cet épilogue

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:37

        merci Angy ♥

    5
    Lundi 16 Avril 2018 à 14:57

    Magnifique *.* on en oublierait presque notre frustration ^^

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:40

        haha ! C'était le but !! 

    6
    ReiScarlett
    Lundi 16 Avril 2018 à 16:29

    Une super fin comme un aime après une vie bien remplie et bien triste !! Parce qu'ils n'ont pas eu la vie facile nos 2 amoureux ! Les enfants sont magnifique <3  Encore bravo pour cette histoire qui était vraiment passionnante !! Vivement la prochaine ;)

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:41

        merci Rei ♥ 

    7
    Lily/pinssophie
    Mardi 17 Avril 2018 à 09:34

    Voila, tout rentre dans l'ordre, Alaric en prison, une jolie Isis dans le foyer.

    Quelle belle surprise, Aurore est enceinte, et, Seth fou de joie : comment a t'elle pu douter qu'il ne soi pas ainsi ?!

    Elle ne veut pas se marier pour être libre : heureusement Seth ne le prend pas mal

    Oooh ceux sont des jumeaux : trop mimis.

     

    Qu'elle belle fin d'histoire !

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:46

        Elle pensait que ce n'était pas le moment, mais ce n'est de toute façon jamais le moment comme il lui dit !! 

        Merci à toi en tout cas !! ♥

    8
    stephy
    Mardi 17 Avril 2018 à 16:50

    super fin et super histoire j'ai adore te lire 

      • Vendredi 27 Avril 2018 à 14:47

        Merci beaucoup Stephy !!!!! ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :